Actualités Général

Christine, moins 12 kg en un mois grâce au ballon intra-gastrique (partie 1)

Aujourd’hui nous revenons sur le ballon intragastrique. Cette solution innovante proposée par Pondera® en exclusivité à Mulhouse a déjà permis à 34 personnes des pertes de poids allant jusqu’à 16,5 kg. Christine, 51 ans, a perdu 12 kg en moins d’un mois grâce à cette méthode sans anesthésie ni chirurgie. Elle témoigne.

Femme ballon intra-gastrique

  • Pouvez me parler de votre parcours de perte de poids ? Vous aviez tenté d’autres régimes avant le ballon ?

J’ai tenté bien sûr de perdre du poids tout au long de ma vie, tout au long de mon adolescence, après la grossesse, j’ai fait des régimes comme pleins de femmes. Je ne dirais pas qu’ils n’ont pas abouti, parce qu’ils ont abouti un temps, mais ils ont généré à nouveau une reprise de poids avec le temps, avec les événements de la vie.

  • Donc vous gériez votre poids comme ça ?

À l’époque j’étais une vraie éponge émotionnelle de tous les événements extérieurs, pour moi ça a été souvent un vecteur de prise de poids. Quand je me pesais encore, j’étais dans les 75-80 kg, ce qui était pour moi raisonnable parce que je fais plus d’1m75. J’ai toujours réussi à gérer les plus 10 kg, moins 10 kg, plus 7 kg, moins 7 kg, le yo-yo. Mais dans la décennie des 40 ans il y a eu une grosse décision, celle de l’arrêt de la cigarette, et là il y a eu très grosse prise de poids. À ce moment j’ai commencé à grignoter tout le temps même la nuit.

  • C’est là que vous avez décidé de changer vraiment ?

Après il y a eu une période d’environs 4 ans où j’ai continué à prendre du poids, mais d’autres choses m’importaient à ce moment là, il y a eu un changement d’activité professionnelle, un déménagement, des périodes de stress… C’est là que j’ai laissé tomber la balance, je ne voulais plus qu’on m’en parle, il n’y en avait plus, point à la ligne. J’ai fait un déni de cette balance en me disant “je vois bien que je grossis, c’est mon problème, il va bien se régler un jour”.

  • Quel a été le déclic ?

Il y a un an, j’ai lu un article des DNA au sujet de Pondera Mulhouse, je n’en avais jamais entendu parler à ce moment-là. C’était un article sur le ballon, innovation à Mulhouse. Donc moi je prends cet article, je le cache dans un endroit de ma chambre, en me disant tiens, pourquoi pas, mais je n’étais pas mûre. Donc j’ai mis un peu moins d’un an, à vivre le mal-être du surpoids, à continuer à grossir, et puis à être malheureuse en fait. Et puis au mois de novembre, il y a eu une accalmie à pas mal de niveaux et je me suis dit voilà, il va être temps de t’occuper de toi, et j’ai pris le téléphone.

  • Comment s’est passé le contact avec Pondera ?

Je savais que je voulais le ballon. J’ai tout de suite donné les consignes en disant je ne veux pas connaître mon poids, je veux juste que vous m’expliquiez comment il faut que je mange, ce qu’il faut que je fasse, qu’on me rééquilibre, et puis qu’après la pose du ballon je respecte les consignes et que j’ai un suivi hebdomadaire. Donc je suis arrivée pour un rendez-vous chez Pondera le 8 décembre, on me dit ok pour le ballon, on m’annonce qu’il faut un mois de rééquilibrage alimentaire avec Gilles et Aurore pour se préparer à la pose.

  • Comment s’est passé la pose pour vous ?

Je suis arrivée à la clinique à Mulhouse pour la pose, pose qui pour moi s’est passée comme une lettre à la poste, d’ailleurs pour tout le monde, en tout cas pour les cinq personnes qui étaient là ce jour-là avec moi. Et puis je suis rentrée, et ça a été le record parce que j’ai perdu 12 kg en un mois. Je ne connais toujours pas mon poids, je m’en fiche du chiffre, eux me pèsent mais ne me le disent pas. Moi ce que je veux savoir c’est si j’ai perdu 15, 20 kg, et après continuer le programme jusqu’au jour où je sentirai que mon corps a atteint son poids de quand je mettais mes premiers pantalons, qui sont encore dans l’armoire.

 
Retrouvez la suite de l’interview de Christine la semaine prochaine. Elle nous parle plus en détails de son expérience lors de la pose du ballon, de sa perte de poids et de son changement de mode de vie.

 
Plus d’information sur le ballon intra-gastrique.