Actualités Général

Comment perdre du poids sans avoir faim ?

Modifier son alimentation pour perdre du poids est possible… tant que l’on a pas faim. Une étude montre que la faim est plus motivante que la soif, la peur ou l’anxiété dans le choix de nos comportements. Cela explique l’échec des régimes basés sur la privation calorique.

food-1281766_1920

Les objectifs de perte de poids à l’épreuve de la faim

La motivation humaine a fait l’objet de nombreuses études depuis des décennies, avec une question : qu’est-ce qui nous motive à entreprendre une action plutôt qu’une autre ?

L’équipe du Dr Michael J. Krashes, chercheur au National Institutes of Diabetes and Digestive and Kidney Diseases (NIDDK) s’est penchée sur la question. Les résultats publiés dans la revue Neuron, indiquent que la sensation de faim peut modifier de manière intense nos comportements, plus fortement que d’autres sensations inconfortables.

Jusqu’ici les neurologues avaient analysé les états motivationnels séparément les uns des autres, ce qui rendait difficile de savoir si certains états agissent plus fortement que d’autres sur le choix de nos comportements.

Les scientifiques ont donc réalisé une expérience sur des souris, en les soumettant à différents états motivationnels, comme la faim, la soif, la peur, l’anxiété et le besoin de sociabilité.

A partir de différents groupes de souris, ils ont ainsi montré que la faim motive plus que la soif par exemple, ou que les souris affamées étaient capable d’affronter la peur pour atteindre de la nourriture contrairement à celles qui ne l’étaient pas. Cette étude permet de mieux comprendre la force de la sensation de faim, et pourquoi elle doit être évitée si l’on souhaite modifier ses comportements alimentaires sur le long terme.

A lire aussi : Donner du sens, pour une plus grande perte de poids

Pondera, où comment manger mieux sans avoir faim

Si la faim l’emporte sur la peur ou la soif lorsqu’il s’agit de choisir un comportement plutôt qu’un autre, il n’est pas étonnant qu’elle l’emporte sur les bonnes résolutions. Les régimes basés sur la privation caloriques, qui impliquent nécessairement la présence d’une sensation de faim, sont donc voués à l’échec.

Une approche basée sur la restructuration alimentaire comme celle mise en place dans la méthode Pondera et non sur la privation a ainsi de bien meilleures chances d’être efficace sur le long terme. Pourquoi ?  Parce qu’elle permet de ne pas avoir faim et de rester focalisé sur ses objectifs de perte de poids sans l’interférence d’une sensation physiologique qui, comme le montre cette étude, a toutes les chances de prendre le dessus.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur notre page contact.

Source : Hunger-Driven Motivational State Competition