Actualités Général

La perte de poids permet-elle de lutter contre les fuites urinaires ?

L’incontinence urinaire est une pathologie fréquente chez la femme : sur près de 4 millions de personnes touchées en France, trois quarts sont des femmes. Or l’obésité est un facteur de risque connu, comme le démontrent plusieurs études qui relient l’augmentation de l’IMC avec la prévalence du risque d’incontinence urinaire.  

Quels liens entre surcharge pondérale et incontinence urinaire ?

De nombreuses études établissent la surcharge pondérale et l’obésité comme facteurs de risques d’incontinence urinaire.

Elles démontrent non seulement des liens de corrélation, mais également une augmentation des risques et de l’intensité de la pathologie en fonction de la sévérité de l’obésité.

Il y a donc un véritable enjeu : l’augmentation de 5kg/m² d’ IMC augmente le risque d’incontinence de 20 à 70%.

Tous les types d’obésité sont-ils concernés ?

Les études soulignent un risque plus élevé lorsque la circonférence abdominale est augmentée. Une augmentation du rapport taille/hanche est donc à surveiller pour prévenir l’apparition du trouble

En effet, c’est l’augmentation de la pression intra – abdominale due à l’augmentation de masse graisseuse sur le ventre qui augmenterait la pression sur la vessie et la mobilité urétrale, déclenchant la pathologie.

Le poids apparaît donc comme un facteur de risque modifiable, et sa diminution permettra d’agir efficacement contre l’incontinence urinaire.

La méthode Pondera peut-elle être efficace pour cet objectif ?

Une étude du professeur Subak (USA) a comparé un groupe de 338 femmes obèses ou en surpoids présentant des fuites urinaires, dont une partie a suivi un programme complet associant un régime et de l’activité physique, et l’autre partie a suivi un programme éducatif simple.

La perte de poids pour les femmes ayant suivi le programme complet a permis de réduire les fuites de 46%, contre seulement 25% dans l’autre groupe – soit quasiment le double.

Les effets sont visible dès une perte de poids modérée. Une perte de poids de 5 à 10 % du poids initial, permettait une amélioration dans 60 % des cas. Le bénéfice sur la diminution des fuites urinaires se poursuit sur les 12 mois suivant la perte de poids, la satisfaction des patientes atteignant au moins 18 mois.

Pondera, une équipe médicale

Chez Pondera, l’équipe médicale interdisciplinaire vous accueille sans jugement pour vous permettre de perdre du poids et de lutter contre les pathologies associées. Laissez vos coordonnées sur notre page contact afin de prendre rendez-vous avec notre médecin.

Source : Incontinence urinaire et obésité chez la femme, Julie Pommereau-Lathelize, Xavier Fritel, Service de Gynécologie Obstétrique et Médecine de la Reproduction, CHU de Poitiers, Université de Poitiers, France