Actualités Général

La sédentarité pire que la malbouffe, selon une étude

Beaucoup pensent que l’obésité est uniquement due à de mauvaises habitudes alimentaires. Or si une alimentation équilibrée est indispensable, une récente étude américaine montre que l’absence d’activité physique est plus fautive que la malbouffe dans l’épidémie d’obésité.

La sédentarité mise en cause

L’étude, menée par l’université de Stanford en Californie et publiée par l’American Journal of Medecine (AJMED), analyse des données collectées entre 1988 et 2010 par le biais de questionnaires sur la santé et la nutrition. Ce sont au total les habitudes de 90 000 personnes, sur plus de deux décennies, qui sont passées au crible.

La première conclusion est bien entendu l’augmentation de l’obésité au cours de la période : l’IMC moyen a augmenté de 0.37% par an. Au total, la proportion de personnes atteintes d’obésité est passée de 25 à 35% chez les femmes et de 20 à 35% chez les hommes.

L’obésité abdominale, qui présente le plus de risque pour la santé et est mesurable par le tour de taille, a suivi la même tendance.

On enregistre une augmentation de 0.27% par an du tour de taille moyen pour les femmes et de 0.37% pour les hommes.

La raison : une baisse spectaculaire de l’activité physique chez la population interrogée. En effet, alors que 19% des femmes et 11% des hommes déclaraient n’avoir aucune activité physique au début de l’enquête, ils sont respectivement  51% et 43% à son issue.

L’apport calorique journalier moyen, lui , n’a pas évolué significativement au cours de l’étude.

Le chercheur et auteur de l’étude Uri Ladabaum tire la conclusion suivante :

 “Nous n’avons pas  trouvé de preuve qui indique que l’apport calorique journalier ait augmenté au cours de ces 20 dernières années […] En revanche nos analyses montrent un lien significatif entre le niveau d’activité physique et l’évolution de l’obésité.”

Bouger pour rétablir la balance

Cette étude montre bien l’importance de l’exercice physique dans la lutte contre le surpoids et l’obésité. Comme les participants à cette enquête, notre niveau d’activité physique a tendance à diminuer et nous absorbons trop de calories par rapport à ce que nous dépensons au cours de notre activité journalière.

Comment reprendre une activité physique

L’activité physique doit être adaptée à la santé de chacun, et ce d’autant plus lorsque l’on est en situation de surcharge pondérale ou d’obésité. Voici quelques conseils pour reprendre dans les meilleures conditions possibles:

  • Etre encadré : si vous ne pratiquez pas d’activité physique, il est essentiel de vous faire accompagner. Le programme Pondera peut vous y aider, et l’équipe pluridisciplinaire de l’Institut de Prise en Charge de l’Obésité spécialement formée pour vous guider.
  • La marche, à la portée de tous, est une activité fortement recommandée. Pourquoi ne pas rejoindre une marche populaire ? Suivez le programme des marches populaires près de chez vous sur notre page Facebook.

Source: Obesity, Abdominal Obesity, Physical Activity, and Caloric Intake in US Adults: 1988 to 2010 – The American Journal of Medicine, Vol 127, No 8, August 2014