Actualités Général

Les nourritures grasses néfastes pour le cerveau des adolescents

Une consommation excessive de fast-foods et autres aliments gras pourrait perturber le développer du cortex préfrontal dans le cerveau en maturation des enfants et des adolescents. Cela mènerait à des difficultés cognitives dans leur vie d’adulte, dans des domaines tels que l’apprentissage, la mémoire et le contrôle des impulsions.

burger-1140824_1920

Graisses saturées : quels effets sur le cerveau des adolescents ?

La nourriture est un problème de taille dans nos sociétés, en particulier le développement des fasts-foods et autres aliments ultra-transformés. Les nourritures grasses sont particulièrement populaires chez les enfants et les adolescents : elles sont souvent peu chères et ne nécessitent pas de préparation. Pourtant, une consommation excessive sur une longue période peut produire des dommages sur leurs cerveaux en maturation.

Une consommation élevée de nourritures grasses chez les adolescents peut entraîner une dégradation des fonctions cognitives à l’âge adulte, selon une étude de l’ETH Zurich et de l’Université de Zurich, publiée dans la revue Molecular Psychiatry.

Les scientifiques sont arrivés à cette conclusion après avoir comparé les comportements de deux groupes de souris, l’un suivant un régime excessivement gras et l’autre un régime normal.

Détériorations du comportement après quelques semaines

Après seulement quatre semaines, les chercheurs ont constaté les premiers signes de dégradation des fonctions cognitives chez les jeunes souris soumises au régime riche en graisses. Les problèmes cognitifs se sont matérialisés avant même que les souris montrent des signes de prise de poids. L’âge auquel sont consommées les graisses en excès a semblé déterminant dans l’apparition de troubles cognitifs : la période située entre la fin de l’enfance et le début de l’âge adulte est sensible, c’est à ce moment que s’opère maturation du cortex préfrontal. Lors de son développement, cette partie du cerveau est particulièrement vulnérable au stress, aux infections, aux traumatismes – et, comme cette étude le suggère, aux régimes alimentaires déséquilibrés. Or le cortex préfrontal est responsable de la mémoire, de la planification, de l’attention et du contrôle des impulsions.

De bonnes habitudes alimentaires dès le plus jeune âge

L’effet des graisses saturées qui composent en grande partie la nourriture ultra-transformée a des effets néfastes non seulement sur le prise de poids, mais aussi sur les fonctions cognitives des individus. Prendre de bonnes habitudes alimentaires dès l’enfance et l’adolescence est donc crucial pour lutter contre le surpoids et être en bonne santé.

Vous ne savez pas comment composer un repas sain et équilibré ? Il n’est pas trop tard ! Rejoignez le programme Pondera pour réapprendre à bien manger.

Pour plus d’information, rendez-vous sur notre page contact.

Source : Labouesse M, et al: Hypervulnerability of the adolescent prefrontal cortex to nutritional stress via reelin deficiency. Molecular Psychiatry, advance online publication, 15 November 2016.