Actualités Général

Manger lentement pourrait prévenir l’obésité, selon des chercheurs

Êtes-vous plutôt plat maison dégusté tranquillement ou sandwich engloutis devant votre ordinateur ? Cela peut faire une différence sur la balance, d’après une étude qui indique que manger lentement serait associé à une plus faible chance d’être en situation de surpoids ou d’obésité.

yogurt-1786329_1920

Éloge de la lenteur devant l’assiette

Prendre son temps devant un repas serait associé à un tour de taille ainsi qu’un IMC plus faible : c’est ce que suggère une étude réalisée sur les bilans médicaux de près de 60 000 personnes par des chercheurs Japonais. Les résultats ont été publiés dans la revue BMJ Open.

Dans le bilan médical, les participants répondaient à sept questions sur le mode de vie. Par exemple, est-ce qu’il mangeaient lentement, à une vitesse normale ou rapidement ? Est-ce qu’ils grignotaient après le dîner trois fois ou plus dans la semaine ? Sautaient-ils le petit-déjeuner trois fois ou plus dans la semaine ?

Les résultats montrent que 21.5 % de ceux qui déclaraient manger lentement étaient obèses, contre près de 30 % chez ceux qui disaient manger à une vitesse normale et 45 % chez les mangeurs rapides. Les mangeurs lents avaient un IMC de 22 en moyenne, contre 25 chez les mangeurs rapides, ces derniers présentant aussi un tour de taille plus élevé.

Une analyse plus poussée a révélé que ceux qui mangeaient lentement, dormaient bien, ne sautant pas régulièrement le petit-déjeuner et ne mangeant pas souvent avant d’aller se coucher étaient moins susceptibles d’être en surpoids.

 

A lire aussi : Graisses viscérales : il faut surveiller le tour de taille

 

Les fait de manger lentement réduit l’IMC

Avec près d’un tiers des participants ayant fait deux bilans médicaux ou plus, l’équipe de scientifiques a également pu observer l’impact des changements d’habitudes sur le surpoids. Ainsi, les résultats indiquent que ceux qui ont réduit la vitesse à laquelle ils se nourrissaient entre deux bilans, tout comme ceux ayant arrêté de manger avant d’aller au lit ont vu leur IMC réduire.

Les auteurs de l’étude déclarent que les “interventions dans le sens d’un changement des habitudes alimentaires, comme l’éducation et les programmes destinés à réduire la vitesse à laquelle nous mangeons, pourraient être efficace pour lutter contre les risques d’obésité et des maladies qui y sont associées”.

Ralentir dans une société qui va de plus en plus vite

Nos modes de vie actuels ne sont plus adaptés à notre organisme, et c’est une des causes de l’épidémie d’obésité. Tout s’accélère, nous n’avons même plus le temps de manger, bien qu’il s’agisse d’une fonction vitale de notre corps !

Pour perdre du poids, il faut d’abord reprendre conscience de son corps. Cela passe par un ralentissement lors des repas, où il est important de bien mastiquer pour faciliter la digestion, mais aussi pour se laisser le temps de sentir la sensation de satiété. Manger trop vite nous incite à ingérer bien plus de calories que ce qu’il nous faut simplement parce que les signaux de la satiété ne nous parviennent que vingt minutes après le début du repas. Se reconnecter avec son corps passe aussi par un évitement des distractions qui justement nous coupent, en particulier les écrans et téléphones lors des repas !

Pour plus d’informations, rendez-vous sur notre page contact.