Actualités Général

Penser en termes de « bons » ou « mauvais » aliments à la base de l’effet yo-yo, selon une étude

Les chercheurs de l’Université de Wageningen (Pays-Bas) expliquent que les personnes qui contrôlent leurs apports énergétiques quotidiens selon une approche rigide du « tout ou rien » ont plus de chances de ne pas réussir à tenir leur régime, et à reprendre du poids sur le long terme.

Perdre du poids durablement : adopter une stratégie flexible a de meilleurs résultats

Maintenir un poids de santé peut être un défi. Contrôler son apport énergétique quotidien est une bonne stratégie pour perdre du poids, mais il y a souvent une reprise de poids lorsqu’on arrête le « régime » entrepris – parfois plus de poids que celui qu’on avait réussi à perdre (c’est ce qu’on appelle aussi l’effet yo-yo).

Il existe deux sortent de restrictions alimentaires : la rigide et la flexible. La méthode rigide se caractérise par des règles très strictes à respecter (souvent l’exclusion de certains aliments). Chaque entorse à la règle est vécue comme un échec, qui mène les personnes à abandonner complètement et souvent à reprendre du poids. La méthode flexible autorise les aliments gras et sucrés de temps en temps, et ceux qui ont des restrictions plus flexibles peuvent en conséquence maintenir leur poids de santé sur le long terme.

C’est spécifiquement cet état d’esprit, penser aux aliments comme étant « bons » ou « mauvais » pour la santé qui pourrait être la clé d’une perte de poids durable.

À lire aussi : Australie : faudrait-il augmenter le prix de l’alcool pour lutter contre l’obésité ?

Une vision trop rigide associée à une reprise de poids

L’étude concerne 241 participants, principalement des femmes âgées de 15 à 74 ans et ayant complété un questionnaire en ligne. Les manières de penser des participants étaient évaluées, à la fois dans la vie en général et concernant leurs comportements alimentaires, avec des phrases comme « Toutes les questions ont une bonne et une mauvaise réponse » ou « Je vois mes tentatives de régime comme soit des succès, soit des échecs ». À partir de questions sur leurs comportements alimentaires, la tendance des participants à s’imposer des restrictions alimentaires pour perdre de poids était évaluée. Par ailleurs, les participants qui avaient déclaré avoir perdu du poids lors des cinq dernières années étaient considérées comme ayant repris du poids si ils avaient repris 4 kg ou plus.

Les résultats de la recherche montrent que les participants qui étaient plus enclins à penser en « tout noir ou tout blanc », et avaient donc une approche rigide, étaient plus enclins à avoir repris du poids.

Pondera : dites stop à l’effet yo-yo

Chez Pondera, pas d’aliments interdits. Nous vous aidons à comprendre comment rééquilibrer votre alimentation et reprendre une activité physique pour que vous perdiez du poids durablement.

Pour plus d’information, rendez-vous sur notre page contact.

Source : Palascha A, van Kleef E & van Trijp HCM. (2015). How does thinking in Black and White terms relate to eating behavior and weight regain? Journal of Health Psychology 20(5): 638–648. DOI: 10.1177/1359105315573440